Renais­sance de Fra­ma­libre

À l’occasion de ce pre­mier billet l’année 2017, on peut se réjouir de la renais­sance de l’annuaire his­to­rique de Fra­ma­soft. Cet annuaire avait pour objec­tif de faire décou­vrir le plus grand choix pos­sible de logi­ciels libres. Aujourd’hui, la réno­va­tion n’est pas seule­ment fonc­tion­nelle, elle imprime à l’annuaire une ambi­tion plus éten­due.

Note : Ce billet a été publié ini­tia­le­ment sur Linuxfr.org

Fra­ma­libre, c’est l’annuaire his­to­rique de Fra­ma­soft dont l’intérêt, il y a plus de 10 ans, fut de faire connaître au public nombre de logi­ciels libres (il contient plus de 1000 fiches). Pour des rai­sons que nous allons voir, le site est en cours de renais­sance. La phase Bêta étant ter­mi­née, nous en sommes ren­dus depuis quelques jours à la phase Release Can­di­date : il y a encore quelques bugs, et sur­tout nous devons encore peau­fi­ner des menus détails édi­to­riaux. Néan­moins, nous avons invi­té la com­mu­nau­té libriste à recom­men­cer depuis zéro ce bel annuaire et obte­nir un nombre signi­fi­ca­tif de conte­nus avant de le lan­cer offi­ciel­le­ment en ver­sion « stable ».

His­to­rique

Il y a main­te­nant plus de deux ans que Fra­ma­soft a déci­dé de mener une révi­sion com­plète du site. Les rai­sons sont aujourd’hui évi­dentes pour n’importe quel visi­teur : outre la concep­tion un peu dépas­sée, les notices des logi­ciels sont trop longues, sou­vent obso­lètes et même, dans cer­tains cas, auraient ten­dance à des­ser­vir l’image des logi­ciels recen­sés. Il y a trois rai­sons à cela :

  • les auteurs des longues notices de l’annuaire his­to­rique sont rares et peu les main­tiennent à jour ;
  • le pro­jet d’annuaire a tou­jours repo­sé sur une équipe res­treinte et la modé­ra­tion a prio­ri sup­pose une impli­ca­tion constante (et par­fois une frus­tra­tion des auteurs qui ne voient pas leurs notices mises à jour mal­gré la sou­mis­sion de nou­veaux conte­nus) ;
  • la ligne édi­to­riale consis­tait essen­tiel­le­ment à appor­ter un maxi­mum d’informations sur les logi­ciels y com­pris de manière cri­tique, or ces der­niers évo­luent plus vite que les notices et les com­men­taires sont vite dépas­sés.

Ajou­tons à cela le chan­ge­ment dans le rap­port aux conte­nus Web. L’heure n’est plus à de longues séances de lec­ture pour éta­blir un choix com­pa­ra­tif entre plu­sieurs logi­ciels : si nous vou­lons qu’un uti­li­sa­teur choi­sisse un logi­ciel libre, l’identification des fonc­tions prin­ci­pales de ce der­nier doivent lui appa­raître rapi­de­ment. Par ailleurs, les logi­ciels dis­po­sant le plus sou­vent de sites Inter­net dédiés (ou à l’intérieur de sites com­mu­nau­taires plus vastes), faire l’inventaire exhaus­tif des fonc­tion­na­li­tés est tou­jours redon­dant.

Stra­té­gie

Entre les pro­jets cou­rants, le grand pro­jet Degoo­gli­sons Inter­net et toutes les autres acti­vi­tés de Fra­ma­soft, nous avons donc déci­dé de mener ce tra­vail en pro­cé­dant par étapes.

La pre­mière fut de déci­der de la ligne édi­to­riale :

  • des notices courtes, se limi­tant à l’essentiel des­crip­tif ;
  • aller au‐delà des logi­ciels, et recen­ser aus­si le maté­riel et toutes sortes d’œuvres libres ;
  • don­ner une dimen­sion coopé­ra­tive et ouverte (insis­tant par là sur la dimen­sion d’éducation popu­laire que nous pro­mou­vons), ce qui implique une modé­ra­tion a pos­te­rio­ri, et la pos­si­bi­li­té don­née aux uti­li­sa­teurs et auteurs de créer et modi­fier les notices ;
  • déter­mi­ner une pre­mière trame des caté­go­ries et des champs (obli­ga­toires ou non) pour entrer une notice.

La seconde fut de déci­der de l’outil à employer. Après quelques ater­moie­ments et diver­gences d’opinions en interne, ce fut le CMS Dru­pal, pour de mul­tiples rai­sons de faci­li­tés de confi­gu­ra­tion et de main­te­nance (les gref­fons ont été limi­tés au strict essen­tiel).

La troi­sième consis­ta à déter­mi­ner les fonc­tion­na­li­tés de l’annuaire pour ne pas se limi­ter à de simples listes :

  • uti­li­sa­tion d’étiquettes (tags) et de mots‐clefs ;
  • vue des révi­sions des notices et com­pa­rai­son entre deux ver­sions à des dates dif­fé­rentes ;
  • iden­ti­fi­ca­tion des auteurs et pos­si­bi­li­té de se contac­ter les uns les autres (à acti­ver dans les pro­fils) ;
  • pos­si­bi­li­té de se créer un registre de ses favo­ris et le par­ta­ger (à acti­ver dans le pro­fil) ;
  • pos­si­bi­li­té d’écrire une chro­nique (un avis cri­tique, expert ou non) à pro­pos d’une res­source inven­to­riée ;
  • liste de cor­res­pon­dance entre logi­ciels libres et logi­ciels pro­prié­taires (un peu à la mode du site Alter­na­ti­ve­To) ;
  • noti­fi­ca­tion des modi­fi­ca­tions d’une notice à son auteur ;
  • lais­ser ouverte la pos­si­bi­li­té de créer de futures API

La qua­trième consis­ta à trou­ver des res­sources pour la concep­tion, très impor­tante en la matière. Un mécé­nat de com­pé­tence fut la solu­tion qui nous appa­rut la plus effi­cace. Là encore, quelques mal­adresses en interne nous cau­sèrent beau­coup de retard et, fina­le­ment, c’est la socié­té Maki­na Cor­pus qui finit par tenir le rôle avec effi­ca­ci­té.

La suite

Nous sommes bien conscients que les choix pro­po­sés ne satis­fe­ront pas tout le monde. Cer­tains manques, tels l’ajout de licences oubliées, pour­ront être cor­ri­gés au fil de l’eau. D’autre amé­lio­ra­tions se feront plus tard, selon les dis­po­ni­bi­li­tés.

Nous avons invi­té les Frama‐Colibris à venir rem­plir les notices par ce mes­sage. N’hésitez pas à en faire autant ! Après avoir lu, rendez‐vous sur beta.framalibre.org.

Christophe

Fram(hack)tiviste, je fais du vélo et je mange des châtaignes.