Geekeries, Logiciel libre

Renaissance de Framalibre

À l’occasion de ce premier billet l’année 2017, on peut se réjouir de la renaissance de l’annuaire historique de Framasoft. Cet annuaire avait pour objectif de faire découvrir le plus grand choix possible de logiciels libres. Aujourd’hui, la rénovation n’est pas seulement fonctionnelle, elle imprime à l’annuaire une ambition plus étendue.

Note : Ce billet a été publié initialement sur Linuxfr.org

Framalibre, c’est l’annuaire historique de Framasoft dont l’intérêt, il y a plus de 10 ans, fut de faire connaître au public nombre de logiciels libres (il contient plus de 1000 fiches). Pour des raisons que nous allons voir, le site est en cours de renaissance. La phase Bêta étant terminée, nous en sommes rendus depuis quelques jours à la phase Release Candidate : il y a encore quelques bugs, et surtout nous devons encore peaufiner des menus détails éditoriaux. Néanmoins, nous avons invité la communauté libriste à recommencer depuis zéro ce bel annuaire et obtenir un nombre significatif de contenus avant de le lancer officiellement en version « stable ».

Historique

Il y a maintenant plus de deux ans que Framasoft a décidé de mener une révision complète du site. Les raisons sont aujourd’hui évidentes pour n’importe quel visiteur : outre la conception un peu dépassée, les notices des logiciels sont trop longues, souvent obsolètes et même, dans certains cas, auraient tendance à desservir l’image des logiciels recensés. Il y a trois raisons à cela :

  • les auteurs des longues notices de l’annuaire historique sont rares et peu les maintiennent à jour ;
  • le projet d’annuaire a toujours reposé sur une équipe restreinte et la modération a priori suppose une implication constante (et parfois une frustration des auteurs qui ne voient pas leurs notices mises à jour malgré la soumission de nouveaux contenus) ;
  • la ligne éditoriale consistait essentiellement à apporter un maximum d’informations sur les logiciels y compris de manière critique, or ces derniers évoluent plus vite que les notices et les commentaires sont vite dépassés.

Ajoutons à cela le changement dans le rapport aux contenus Web. L’heure n’est plus à de longues séances de lecture pour établir un choix comparatif entre plusieurs logiciels : si nous voulons qu’un utilisateur choisisse un logiciel libre, l’identification des fonctions principales de ce dernier doivent lui apparaître rapidement. Par ailleurs, les logiciels disposant le plus souvent de sites Internet dédiés (ou à l’intérieur de sites communautaires plus vastes), faire l’inventaire exhaustif des fonctionnalités est toujours redondant.

Stratégie

Entre les projets courants, le grand projet Degooglisons Internet et toutes les autres activités de Framasoft, nous avons donc décidé de mener ce travail en procédant par étapes.

La première fut de décider de la ligne éditoriale :

  • des notices courtes, se limitant à l’essentiel descriptif ;
  • aller au‐delà des logiciels, et recenser aussi le matériel et toutes sortes d’œuvres libres ;
  • donner une dimension coopérative et ouverte (insistant par là sur la dimension d’éducation populaire que nous promouvons), ce qui implique une modération a posteriori, et la possibilité donnée aux utilisateurs et auteurs de créer et modifier les notices ;
  • déterminer une première trame des catégories et des champs (obligatoires ou non) pour entrer une notice.

La seconde fut de décider de l’outil à employer. Après quelques atermoiements et divergences d’opinions en interne, ce fut le CMS Drupal, pour de multiples raisons de facilités de configuration et de maintenance (les greffons ont été limités au strict essentiel).

La troisième consista à déterminer les fonctionnalités de l’annuaire pour ne pas se limiter à de simples listes :

  • utilisation d’étiquettes (tags) et de mots‐clefs ;
  • vue des révisions des notices et comparaison entre deux versions à des dates différentes ;
  • identification des auteurs et possibilité de se contacter les uns les autres (à activer dans les profils) ;
  • possibilité de se créer un registre de ses favoris et le partager (à activer dans le profil) ;
  • possibilité d’écrire une chronique (un avis critique, expert ou non) à propos d’une ressource inventoriée ;
  • liste de correspondance entre logiciels libres et logiciels propriétaires (un peu à la mode du site AlternativeTo) ;
  • notification des modifications d’une notice à son auteur ;
  • laisser ouverte la possibilité de créer de futures API…

La quatrième consista à trouver des ressources pour la conception, très importante en la matière. Un mécénat de compétence fut la solution qui nous apparut la plus efficace. Là encore, quelques maladresses en interne nous causèrent beaucoup de retard et, finalement, c’est la société Makina Corpus qui finit par tenir le rôle avec efficacité.

La suite

Nous sommes bien conscients que les choix proposés ne satisferont pas tout le monde. Certains manques, tels l’ajout de licences oubliées, pourront être corrigés au fil de l’eau. D’autre améliorations se feront plus tard, selon les disponibilités.

Nous avons invité les Frama‐Colibris à venir remplir les notices par ce message. N’hésitez pas à en faire autant ! Après avoir lu, rendez‐vous sur beta.framalibre.org.

Tagged ,

About Christophe

Fram(hack)tiviste, je fais du vélo et je mange des châtaignes.

View all posts by Christophe →