Un guide bien­tôt sur les rails !

Que devez-vous faire pour pour sau­ve­gar­der vos liber­tés numé­riques ? Il y a long­temps, j’avais l’idée de pro­duire un petit livret, des­ti­né aux désor­mais célèbres Dupuis-Mori­zeau, recen­sant les bonnes pra­tiques dans l’informatique domes­tique. C’est désor­mais un pro­jet en train de se réa­li­ser. Dans ce billet, l’introduction (encore tem­po­raire) donne le ton…

Veillez sur vos liber­tés numé­riques
 — Manuel de bonnes pra­tiques à l’usage des DuMo
Par : Fra­ma­tophe
Copy­right : mars 2017
Licence : Art Libre
Retrou­vez le pro­jet (cha­pitres en cours) sur Fra­ma­git

Intro­duc­tion

Trop com­pli­qué ! pas l’temps… ultra-sol­li­ci­tés entre nos com­mu­ni­ca­tions, nos appli­ca­tions et nos appa­reils nous n’avons para­doxa­le­ment guère le temps de nous inter­ro­ger sur la per­ti­nence de nos besoins logi­ciels, leurs confi­gu­ra­tions, la sécu­ri­té de nos don­nées et, au-delà, sur nos pra­tiques numé­riques.

Mais qui prend ce temps aujourd’hui ? Nous devons tous plus ou moins faire confiance aux édi­teurs de logi­ciels. Tout se passe comme si la réflexion sur les usages était la pré­ro­ga­tive des pas­sion­nés d’informatiques, ces hackers venus d’un monde alter­na­tif, ces voi­sins bien­veillants chez qui tout le monde vient cher­cher la solu­tion à ses petits ennuis d’ordinateur.

Dans ce monde, jusqu’à une époque récente, les dis­cus­sions allaient bon train, repre­nant bien sou­vent avec moque­rie les mésa­ven­tures logi­cielles de Madame Michu. Or, las­sée des réflexions machistes dont elle fai­sait l’objet, Fran­çoise Michu a pris sa retraite bien méri­tée. C’est désor­mais la famille Dupuis-Mori­zeau (qu’on abré­ge­ra en DuMo) qui se porte volon­taire pour sup­por­ter ces geeks qui pré­tendent pen­ser à la place des autres. Bien plus infor­més que Madame Michu, habi­tués des envi­ron­ne­ments infor­ma­tiques en tout genre, les DuMo assu­me­ront ce nou­veau rôle dans un domaine où les cari­ca­tures sont nom­breuses, entre la « géné­ra­tion Y », la secré­taire per­due, et les grands-pères ultra-connec­tés.

Qui sont les DuMo ? une famille avec un pou­voir d’achat moyen (mais solide), récem­ment abon­née à la fibre dans leur petit pavillon d’un vil­lage nor­mand1. Les comptes de mes­sa­ge­rie des membres de la famille sont chez Google, gérés de main de maître par le grand fils, lycéen, dont le pro­fil Face­book pos­sède plus de 100 fol­lo­wers, une fier­té. La petite, elle, vient de pas­ser au col­lège le Bre­vet Infor­ma­tique et Inter­net aux normes euro­péennes Dig­comp, et sait par­fai­te­ment maî­tri­ser toute la suite bureau­tique de Micro­soft. Madame, elle, a sui­vi conscien­cieu­se­ment les for­ma­tions qui lui étaient offertes sur Power­point et envoie régu­liè­re­ment à ses contacts de magni­fiques dia­po­ra­mas avec des cou­chers soleil mauves. Quant à Mon­sieur, il main­tient un blog, gère les comptes ban­caires en ligne, mais se plaint sou­vent de la len­teur de l’ordinateur fami­lial et songe sérieu­se­ment à en ache­ter un nou­veau.

Cari­ca­ture ? Oui… mais pas parce que les DuMo sont des consom­ma­teurs de ser­vices. Le pro­blème, les DuMo le connaissent et en sont par­fai­te­ment conscients : leur mécon­nais­sance d’Internet, l’opacité à leurs yeux des méca­nismes à l’œuvre sur les ser­veurs que fré­quentent leurs machines (ordi­na­teur, smart­phones et tablette) lorsqu’ils uti­lisent des ser­vices web, leurs dif­fi­cul­tés à remé­dier aux « pannes » qu’ils ren­contrent régu­liè­re­ment, les limites de leurs savoirs-faire lorsqu’il faut uti­li­ser des logi­ciels pour opé­rer quelques opé­ra­tions plus com­plexes que d’habitude, les aban­dons frus­trants devant l’apparente com­plexi­té de la confi­gu­ra­tion de leur sys­tème d’exploitation ou des logi­ciels de mes­sa­ge­rie… tout cela leur fait sérieu­se­ment dou­ter de leur auto­no­mie numé­rique.

Jamais Inter­net n’a été autant source d’inquiétudes et de ten­sions. On ne compte plus les ouvrages sur le loup (ou l’ogre) Google, sur les « dan­gers d’Internet », sur les risques liés à la confi­den­tia­li­té des don­nées per­son­nelles, sur la sur­veillance numé­rique des indi­vi­dus, sur la sur­veillance glo­bale des popu­la­tions… Tout cela est à la fois anxio­gène et, en même temps, très peu d’ouvrages pro­posent des solu­tions concrètes2, acces­sibles à tous et faci­le­ment, pour affron­ter ce monde plein d’embûches.

Mais com­ment com­prendre ces enjeux si, d’un autre côté, les outils et les com­po­sants de l’environnement numé­rique res­tent des boîtes noires ? L’utilisation de logi­ciel libres, ceux que l’on peut par­ta­ger et que la com­mu­nau­té peut exper­ti­ser et amé­lio­rer, est un pre­mier pas vers l’autonomie numé­rique, une approche rai­son­née et sereine de l’informatique et des réseaux. Or les logi­ciels ne font pas tout. Les pra­tiques des uti­li­sa­teurs, en connais­sance de cause, sont les élé­ments cen­traux d’un autre monde numé­rique, moins anxio­gène et plus durable, éthique et soli­daire.

Cet ouvrage s’adresse donc aux DuMo. Il est à la fois un manuel et un livre de conseils pra­tiques. L’objectif est de per­mettre au lec­teur de dif­fé­ren­cier les bonnes pra­tiques de celles qui ne sont pas adap­tées à ses besoins (et faussent ses appren­tis­sages en matière de logi­ciels) ou mettent en dan­ger son inti­mi­té numé­rique (par exemple dans le domaine de la sécu­ri­té ou de l’usage des ser­vices web). Cer­taines sec­tions pour­ront par­fois paraître basiques, elles recèlent tou­jours une par­celle mécon­nue du sujet trai­té. Chaque cha­pitre consi­dère un pilier des acti­vi­tés numé­riques, il en des­sine les contours, sou­lève les enjeux et pro­pose des solu­tions de logi­ciels libres dont la légi­ti­mi­té s’impose d’elle-même. Il est temps en effet, de for­ma­li­ser quelques pra­tiques d’auto-défense numé­rique tout en per­met­tant aux uti­li­sa­teurs de s’approprier ces usages et ces outils, même s’ils ne sont pas libristes ou d’irréductibles acti­vistes des liber­tés numé­riques.

Le devien­dront-ils ? Ce n’est pas impor­tant. L’essentiel est qu’en essai­mant les bonnes pra­tiques et les solu­tions logi­cielles alter­na­tives, c’est vers un modèle d’environnement numé­rique serein et plus démo­cra­tique que nous nous diri­geons. C’est pour­quoi ce livre a aus­si une ambi­tion d’éducation popu­laire : il est pla­cé sous licence libre, ce qui per­met, dans le res­pect du droit d’auteur, de se l’approprier, de le modi­fier et de redis­tri­buer des ver­sions modi­fiées, enri­chies de l’expérience et/ou à des­ti­na­tion d’autres lec­teurs. Empa­rez vous-en !


  1. La famille DuMo est un levier scé­na­ris­tique. Elle n’existe pas, ni en réa­li­té (ou alors toute res­sem­blance serait vrai­ment for­tuite…), ni même en théo­rie, car on se doute bien que dans ces condi­tions qui res­pirent la gui­mauve et l’ennui, les choses pour­raient vite mal tour­ner, entre l’alcool, la drogue et le sexe, au grand béné­fice de la presse à sen­sa­tion. 
  2. Il y en a au moins un, écrit par Tris­tan Nitot, Surveillance:// Les liber­tés au défi du numé­rique : com­prendre et agir, C&F Édi­tions, Caen, 2016. 

Christophe

Fram(hack)tiviste, je fais du vélo et je mange des châtaignes.