À pro­pos

Christophe Masutti
Chris­tophe Masut­ti

Atta­ché aux affaires Euro­péennes et trans­fron­ta­lières,
Hôpi­taux Uni­ver­si­taires de Stras­bourg, dep. fév. 2008.

Coopé­ra­tion, coor­di­na­tion de pro­jets, recherche cli­nique, éva­lua­tion, ges­tion
scien­ti­fique et tech­nique, déve­lop­pe­ment de l’activité
Co-pré­sident, membre admi­nis­tra­teur,
Asso­cia­tion Fra­ma­soft, Dep. janv. 2010

Membre du comi­té de direc­tion, direc­tion édi­to­riale de Fra­ma­book,
coor­di­na­teur de pro­jets, admi­nis­tra­tion de l’association (RH, stra­té­gie)
Cher­cheur asso­cié,
SAGE, UMR 7363, Dep. sept. 2012

(Socié­tés, acteurs, Gou­ver­ne­ment en Europe)
Post-doc­to­rat,
INSERM, Ins­ti­tut natio­nal de la san­té et de la recherche
médi­cale, janv. 2008 — janv. 2009

His­toire et poli­tiques de san­té, France / Alle­magne
Post-doc­to­rat,
La Cha­ri­té Uni­ver­sitäts­me­di­zin Ber­lin, févr. 2007 – janv. 2008

Déve­lop­pe­ment réseau DRUGS (his­toire de l’industrie phar­ma­ceu­tique)
Atta­ché d’enseignement et de recherches,
Facul­té des sciences éco­no­miques, Uni­ver­si­té de Stras­bourg, 2004 — 2006.

His­toire des sciences et des tech­no­lo­gies, His­toire éco­no­mique
Doc­to­rat (allo­ca­taire-moni­teur de recherches),
IRIST, Uni­ver­si­té de Stras­bourg, 2001 — 2004.

His­toire des sciences et des tech­no­lo­gies (72), Sciences poli­tiques (04)
DEA,
IRIST, Uni­ver­si­té de Stras­bourg, 2000 — 2001.

Sciences, Tech­no­lo­gies et Socié­té (STS)
Maîtrise/master,
Uni­ver­si­té de Stras­bourg, 1999.

Dis­ci­pline : Phi­lo­so­phie

Une petite cita­tion pour don­ner le ton :

Le défaut de juge­ment est pro­pre­ment ce que l’on nomme stu­pi­di­té et c’est là un vice auquel il n’y a pas de remède. Une tête obtuse ou bor­née à laquelle il ne manque que le degré d’entendement conve­nable et des concepts qui lui soient propres, est sus­cep­tible de beau­coup d’instruction et même d’érudition. Mais, comme le juge­ment manque aus­si ordi­nai­re­ment, en pareil cas, il n’est pas rare de ren­con­trer des hommes fort ins­truits, qui laissent fré­quem­ment écla­ter, dans l’usage qu’ils font de leur science, cet irré­pa­rable défaut.

(E. Kant, CRP – Ana­ly­tique Transc., note)