Il faut libérer les sciences

Ce billet fait suite à mon texte de 2010 intitulé « Pour libérer les sciences », au risque de paraître quelque peu redondant. En effet, en cette fin de mois de janvier 2012, le mathématicien Timothy Gowers (Cambridge + Médaille Fields 1998) a lancé un appel au boycott de l’éditeur Elsevier, un des grands poids lourds de l’édition scientifique et en particulier les éditions papier et en ligne vendues par abonnement aux Universités. Cet appel au boycott repose sur le même reproche fait depuis des années sans que rien ne bouge à propos des tarifs exorbitants des ces firmes (Elsevier en tête mais on peut aussi citer Springer et d’autres), sans aucun rapport avec le coût effectif des supports de diffusion ainsi proposés à la vente. Faut-il boycotter Elsevier et, comme T. Gowers, inciter les scientifiques à ne plus soumettre leurs publications aux revues détenues par Elsevier, ne plus faire partie des comités de lectures, etc. ?

Continuer la lecture de « Il faut libérer les sciences »

À propos de Mutt

Pour résumer simplement, Mutt est une sorte de navigateur de fichiers en mode texte spécialisé dans la lecture de boites courriel (comme le format mbox par exemple). Ainsi, à l’aide d’un « récupérateur » de courriel (comme fetchmail ou procmail) vous pouvez télécharger vos courriels, les stocker dans un dossier et les lire avec Mutt. Cela dit, Mutt est tellement bien qu’il peut lire des dossiers distants, en utilisant le protocole IMAP notamment. En d’autres termes si vous utiliser IMAP, Mutt peut (presque) se suffire à lui tout seul. De plus, Mutt n’a pas d’éditeur de texte intégré, et il s’utilise dans un terminal. Si vous voulez écrire un courriel, il vous faut configurer Mutt de manière à utiliser l’éditeur de votre choix. Et si vous voulez des couleurs, ce seront celles dont est capable d’afficher votre terminal. Ce billet vise à faire le point sur l’utilisation de Mutt et montre combien ce petit logiciel peut s’avérer très puissant.

Continuer la lecture de « À propos de Mutt »

Pour libérer les sciences

L’objectif de ce texte est de faire valoir l’intérêt d’une diffusion décentralisée et libre des connaissances scientifiques. En partant de l’idée selon laquelle l’information scientifique n’a d’autre but que d’être diffusée au plus grand nombre et sans entraves, je montrerai les limites du système classique de publication à l’ère du format numérique, ainsi que les insuffisances des systèmes d’archives « ouvertes ». J’opposerai le principe de la priorité de la diffusion et à l’aide de quelques exemples, j’aborderai la manière dont les licences libres Creative Commons permettent de sortir de l’impasse du modèle dominant.

Continuer la lecture de « Pour libérer les sciences »